Bali bagus // One life, one love !

Dix jours déjà sont passés depuis le départ, et dix jours tellement incroyables que j’ai du mal à atterrir. Des rencontres, des sensations, des expériences dans tous les sens qui ont complètement bouleversées mes repères et m’ont mis une bonne claque de vie dans la tronche. Petit article récap de cette première étape de mon voyage en solo à Bali !

Le voyage, ça commence par une fin. Dire au revoir, quitter la maison, prendre le métro puis le RER. Arriver à Roissy, s’enregistrer, prendre l’escalator vers la salle d’embarquement. Envoyer les derniers messages aux copains. Monter dans l’avion. Fondre en larmes au décollage tellement on l’a attendu ce p***** de moment. 11 heures de vol pour faire Paris-Bangkok, 5 heures d’escale puis 4 heures de vol pour relier Denpasar. Apprécier ces heures de transition qui nous séparent d’un point de départ connu d’un nouveau port.

Arriver en fin de journée, accueilli par la chaleur, sous les palmiers et dans le trafic routier propre à Bali, avec des grosses voitures et des scooters dans tous les sens. Puis voir enfin apparaître la destination : Canggu. Une petite ville encore en construction, étendue sur des kilomètres au milieu des rizières, entre le ciel rose-orangé du crépuscule, le vert des champs et des palmiers, et le bleu de l’océan au loin. Croiser des filles et des garçons pieds nus, sans casques, sur des scooters arnachés de planches de surf, les cheveux encore pleins de sel, lancés à pleine vitesse sur les routes cabossées. Une atmosphère magique, une sorte d’Hossegor en plein Quik Pro du bout du monde. L’aventure qui commence dans un endroit dont on sait déjà qu’on va s’y sentir chez soi.

Et alors le tourbillon a commencé. Les levers de soleil à 6h du matin, les sessions de surf ou de yoga matinales avant des petits-déjeuners gargantuesques de smoothies bowl, les après-midis écrasées par la chaleur au bord de la piscine ou dans le sable brûlant de la plage, les trajets grisants lancés à toute vitesse en scooter à travers les rizières, les heures à discuter dans les petits cafés healthy – Café Organic, The Shady Shack, Nalu bowls.  La vie pieds nus, du sable partout, la peau qui colle de crème solaire, les cheveux dans le vent, la disparition des miroirs, les douches dehors et l’oubli de la notion du temps. Et puis les gens, les rires, les couchers de soleil au son des guitares et au goût de Bintang, les nuits interminables dans les bars – Old Mans, Deus, The Lawn, Pretty Poison, Sand bar – à danser sous la lune et des étoiles. La magie de se laisser aller à ce qui vient et surtout de laisser partir ce qui appartient désormais au passé.

Et alors voyager seul, c’est comment ?

C’est d’abord ressentir la liberté, l’absence de contraintes, apprécier cet état dans lequel tout est possible, mais c’est aussi et surtout développer un sens de l’autre exacerbé, animé par le besoin de rencontrer et de partager. Et pour le coup, on est seul sans jamais l’être vraiment parce qu’on rencontre des gens tout le temps. 

Ca commence par des rencontres contextuelles qui s’enchaînent au gré des trajets, des guesthouses et des activités. On échange quelques mots, une conversation, on partage un repas en se racontant nos vies et nos expériences, et surtout on parle dans toutes les langues !

Mais on fait aussi et surtout des rencontres plus intenses et c’est de celles-là dont je veux vous parler car je ne m’attendait pas à ce qu’elles bousculent autant mon monde. Par hasard, on trouve sur notre chemin des gens qui se trouvent finalement être les bonnes personnes au bon moment. Les rencontres deviennent des coups de coeur, et les coups de coeur des jalons dans la construction de soi parce qu’elles nous mettent en face de visions de la vie qui ne font pas partie de notre paysage habituel.

Autre culture, mode de vie différent, engagement, détachement, ouverture d’esprit… autant de paramètres qui entraînent des remises en question. Chaque expérience est différente mais je pense qu’en voyageant seul on s’offre l’opportunité d’attirer et d’être attiré par des gens qui correspondent à ce à quoi on aspire. Et tout va plus vite, parce qu’on est obligé de s’ouvrir en profondeur. Ca nous met à la fois un état de grande fragilité émotionnelle mais nous donne aussi l’opportunité d’être poussé vers une meilleure version de nous-même. 

Voyager seul, c’est aussi changer de rapport au temps, savoir profiter de l’instant présent. C’est personnellement quelque chose que je ne savais plus faire et qui je pense manque cruellement à nos vies réglées comme du papier à musique. Alors j’avoue qu’il y a un peu cette sensation de vide et de culpabilité à passer 3 heures à la piscine à ne RIEN faire. Mais en fait, la vie, c’est aussi ça !

Voilà en résumé la première étape du voyage, qui j’espère vous donnera envie à vous aussi de tenter l’expérience du voyage en solitaire. Je réalise aujourd’hui à quel point c’est important de le faire au moins une fois dans sa vie, même si ça fait peur. Car sortir de sa zone de confort est le meilleur moyen de devenir qui on est !

A très vite pour la suite et bon courage à tous pour la reprise =) 

14 Comments

  1. Indiacha.com septembre 4, 2017

    Dis donc mais ça fait tant rêver… je t’admire pour le courage que tu as ! J’espère avoir très vite le même… amuse toi bien

    Répondre
    • Margaux septembre 5, 2017

      Viens au moins en vacances ici tu vas adorer l’ambiance et tout =)

      Répondre
  2. Sandrine septembre 4, 2017

    Tes photos ont fini de me convaincre, c’est décidé je vais faire un tour à Bali l’année prochaine !
    Profite bien de ton voyage, ca fait rêver !

    Répondre
    • Margaux septembre 5, 2017

      Ah non mais tu vas adorer, y a plein de kite en plus donc tu devrais avoir de quoi t’éclater aussi !

      Répondre
  3. Marine septembre 4, 2017

    Très bel article. C’est un plaisir de voir que tu as repris ton sac à dos. =)

    Répondre
    • Margaux septembre 5, 2017

      Merci Marine =) <3

      Répondre
  4. Sunrise septembre 4, 2017

    Moi je suis ravie de ta reprise en main du blog !!!!

    Répondre
    • Margaux septembre 5, 2017

      Haha merci ma Sandrine ça fait du bien en effet. Gros gros bisous see you in Hosseugor ;)

      Répondre
  5. n a n a・b a n a n a septembre 4, 2017

    Si contente pour cette retrouvaille avec toi même ❤︎ et raconte-nous vite une autre histoire … !!!

    Répondre
    • Margaux septembre 5, 2017

      Ma nana <3 Merci beaucoup et t'inquiète bientôt des news ;) Moi je veux un report de ton Brazil trip sur le Pink Pack blog !

      Répondre
  6. Marine septembre 5, 2017

    <3
    Magnifique cet article, c'est tellement vrai tout ça.

    Répondre
    • Margaux septembre 11, 2017

      Merci ma jolie <3

      Répondre
  7. merrygoroundgirl septembre 15, 2017

    C’est reparti pour tes jolis articles postés depuis l’autre bout du monde :)
    Franchement en te lisant je me dis wow, quel courage! Déjà partir de ma ville pour me recréer une vie à Bordeaux sans connaître ça me parait courageux puisque ça me change pour tout mais à côté de toi c’est clairement rien du tout, je t’admire, jamais je ne pourrai faire ça. Mais je te dis bravo aussi, c’est une super expérience qui recommence pour toi et je te souhaite vraiment le meilleur et de faire de jolies rencontres !:)

    Bisous!
    Céline

    Répondre
    • Margaux septembre 16, 2017

      Alala ça me fait tellement plaisir que tu sois toujours là toi =) Merci pour ton commentaire et de me suivre depuis autant de temps c’est trop trop cool… du courage oui mais surtout l’envie de croquer la vie à pleines dents ! Gros bisous !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *