Business in Bali // Fred et sa marque Les.Basics !

 

A 27 ans, Fred s’est installée à Bali pour monter sa marque, Les.Basics, devenue un incontournable à Canggu. On y trouve majoritairement des tee-shirts, débardeurs et crop tops basiques en coton avec des prints inspirés du lifestyle local, mais aussi des bikinis, des bijoux et autres accessoires. J’avais très envie de partager son portrait avec vous car monter un business ici n’est pas simple, et Fred l’affirme d’ailleurs haut et fort : elle ne doit rien à la chance mais à un travail acharné. Monter son business de retail sous les palmiers, ça se mérite ! Rencontre avec une entrepreneuse talentueuse et passionnée. 

 

Hello Fred, peux-tu te présenter en quelques mots ?

 

Je m’appelle Frédérique Lessard, j’ai 27 ans et j’habite Bali depuis maintenant presque 3 ans. J’ai monté ma boutique et ma marque dans la petite ville de surf nommée Canggu. Je suis une fille passionnée par la vie, j’adore rire et profiter des petits moments. Je suis aussi une amoureuse du snowboard (difficile à croire venant d’une fille qui vit à Bali !).

 

 

Qu’est-ce qui t’as poussé à avoir ce mode de vie nomade ?

 

On me dit souvent que j’ai de la chance d’habiter à Bali, mais la chance n’a rien à voir là-dedans : j’ai créé ma chance moi-même. Il faut oser et écouter son instinct ! Depuis toute petite, je rêvais d’habiter ailleurs. Je n’avais pas de lieu particulier en tête, mais je savais que je voulais voir d’autres modes de vie et autre chose que mon quotidien à Montréal. Je n’ai jamais vraiment aimé la routine. Maintenant, je suis plus que gâtée en aventures et en surprises car à Bali, aucun jour ne se ressemble. Pour moi, le quotidien c’est jongler entre la création de nouveaux modèles, la production ainsi que la gestion de mes employés et du magasin. En ce moment, je mets les bouchées doubles afin de pouvoir me lancer online. Je suis très excitée par ce projet !

 

 

Pourquoi avoir choisi Bali ?

 

Bali a été un coup de cœur lors d’un premier voyage il y a 3 ans. Ce qui m’a plu, c’est son mode de vie et le fait d’être entourée de palmiers et de soleil tous les jours ! Pour moi, conduire une moto, aller voir le sunset chaque soir sur la plage et pouvoir me promener dans des endroits exotiques mais aussi profiter des bars cool de Canggu est la définition du paradis. Canggu est une ville en plein développement au moment où on se parle. Plusieurs expatriés comme moi viennent s’y installer pour ouvrir des commerces et on peut déjà voir un plus grand nombre de touristes venir visiter Canggu aussi. ll y a beaucoup de gens créatifs et on dirait que tout y est possible, avec un peu de volonté bien sûr. On s’y sent bien et la vie est en général très belle. Je spécifie car j’inclue les petits problèmes du quotidien qui arrivent à tout le monde, même au paradis !

 

 

Tu as lancé ta marque Les.basics. De quoi s’agit-il ?

 

Les.Basics, c’est trouver le parfait tee-shirt blanc, short ou surf tee simple et trendy du moment pour les journées chaudes de Bali ou pour tout simplement se sentir bien dans ce qu’on porte ! Je priorise beaucoup le confort par le choix de mes tissus, et je travaille avec des fabriques de bambou qui sont super pour la chaleur. La marque principale du magasin est Les.Basics mais j’ai aussi conçu ma marque personnelle pour femme, FRED, qui va du crop-top au denim. Nos clients sont des voyageurs qui aime les aventures et qui repoussent toujours les limites.

 

 

 

 

J’ai aussi ma devise qui est « The Sunday Life ». Pour moi, c’est super important de garder sa joie de vivre chaque moment à fond, non seulement le weekend comme je pouvais le faire parfois à Montréal avant, mais aussi tous les autres jours. Pour moi, « tous les jours peuvent ressembler aux dimanches si on le souhaite ». Dimanche, surtout en Indonésie est synonyme de fête. Tout le monde est en congé et c’est souvent là que les soirées les plus populaires à Bali se passent.

 

 

Est-ce difficile de monter un business à Bali ?

 

Oui. Je vous mentirais si je vous disais oui tout est facile et beau. Malheureusement non, les questions légales et permis sont très difficiles à comprendre et à obtenir. Il y a beaucoup de « ups and downs » avec le fait de monter un business en général et bien des entrepreneurs seront d’accord avec moi. A Bali ou dans d’autre pays du tiers monde, il y a quelques obstacles qui diffèrent et s’ajoutent à la liste des difficultés comme la barrière de langue. La communication y est parfois très difficile ainsi que les normes et valeurs autour du travail qui ne sont pas les mêmes que ce qu’on connait au Canada par exemple. Le meilleur conseil à donner pour monter un business à l’étranger est de bien prendre le temps de s’informer, faire de la recherche et demander des conseils aux bonnes personnes. Le processus peut bien se faire quand on est bien préparé. Il y a aussi des difficultés liées à la distance, entre autre être loin de sa famille et de ses amis.

 

Un petit mot pour la fin de cette interview ?

 

Je me sens très épanouie et heureuse aujourd’hui d’avoir suivi mon instinct de partir m’installer à Bali ainsi que d’avoir surmonté ce défi. Il y a beaucoup de travail derrière et ce n’est pas aussi rose et facile que les réseaux sociaux peuvent le laisser prétendre 😉.

 

Pour plus d’inspiration chaque jour, suivez Frédérique sur Instagram ! 

 

Interview originale publiée dans le magazine Pample Studio Hors-Série Bali réalisé en partenariat avec la Beach Box

 

No Comments

Post a Comment