Chère année 2017

En fin d’année, on fait naturellement le bilan. On fait défiler les photos sur le téléphone. Tous ces moments de joie, ces sourires, ces rencontres, ces couchers de soleil éblouissants. Et à côté des jolies choses, les moins belles. Les moments de doutes, les larmes, les angoisses et les erreurs. Tous les mauvais moments, les remises en question, les conflits… tout ce qui fait que la vie est un grand coup de poker, où tout peut basculer à chaque instant.

2017, tu auras été chargée en un milliard d’émotions. En l’espace de 12 mois, tu m’auras fait passer du rire aux larmes, du coup de foudre au cœur brisé, de l’Europe à l’Asie, du froid au chaud, du stress complet à la sérénité totale. Tu m’auras fait expérimenter la vie dans ce qu’elle a de plus intense et tu m’auras aussi confrontée de plein fouet à la mort. Comme si tu avais eu besoin de me faire expérimenter le pire du Yin et Yang pour mettre fin à un cycle. Me mettre le nez devant toutes ces choses que j’essayais tant bien que mal de refouler pour avancer un peu. Me mettre sans dessus dessous pour me montrer la voie.

A la même époque l’an dernier, je me souviens, j’étais l’ombre de moi-même. Je me rappelle surtout d’une impression de malaise, quand j’ai regardé par-dessus mon épaule pour faire un bilan de l’année qui touchait à sa fin. Un enchaînement de tâches et de missions accomplies au bureau dans lesquelles je ne trouvais pas de sens, et qui me laissaient sans énergie pour le reste. Je me suis rappelée que le 1er janvier précédent, j’avais passé ma journée à pleurer d’épuisement moral et physique, pour les mêmes raisons. Visiblement, ça n’avait pas été un signal d’alarme suffisant.

2017, tu m’as montrée que je laissais depuis trop longtemps ma vie passer devant mon nez comme un train dont on voit défiler les wagons à toute vitesse sans pouvoir monter dedans. Tu m’as prouvé que rien n’est irrémédiable et qu’avec un peu de volonté on peut faire changer les choses. Tu m’as fait prendre conscience qu’on se donne tous beaucoup trop d’excuses par peur de prendre des risques et d’échouer.

Alors, je voulais te dire merci. Merci pour cet ensemble de prises de conscience, de regain d’énergie, de retour de karma. Merci d’avoir mis sur mon chemin les bonnes personnes. Merci de m’avoir fait si mal pour me faire aller si bien. Merci de m’avoir comprise mieux que moi-même je n’aurais été capable de le faire.

Chaque année, on expérimente, on ressent, on teste, on se plante, on recommence, on avance et on apprend. On prend de bonnes résolutions et on se donne à fond pour cocher toutes les cases d’un idéal sans jamais vraiment réussir à l’atteindre. En 2017, j’ai appris qu’en réalité, il fallait surtout prendre la résolution d’être soi-même.

Vous avez été nombreux à me dire à quel point vous étiez admiratifs et à quel point j’étais courageuse. Pourtant, le mot « courage » est bien le dernier que j’aurais employé me concernant. J’en ai cherché la définition. « Le courage est une vertu qui permet d’entreprendre des choses difficiles en surmontant la peur, et en affrontant le danger, la souffrance, la fatigue. » Et bien je peux vous dire que partir à Bali n’a pas été du courage. Je n’ai pas eu peur de faire mon sac, de quitter la maison, de prendre l’avion, d’arriver seule dans un endroit inconnu. Je n’ai pas eu une seconde conscience d’un quelconque danger. Souffrir ? Ça aurait été de rester. Quant à la fatigue… et bien elle n’est plus vraiment là, ou en tout cas elle ne ressemble en rien à la fatigue morale et physique que je pouvais ressentir à Paris.

Pour 2018, je vous souhaite simplement de trouver votre place. Ne vous perdez pas dans les rêves de quelqu’un d’autre, identifiez quels sont les vôtres, écoutez-les rugir dans vos tripes, regardez-les droit dans les yeux et suivez-les sans vous excuser ni auprès de vous-mêmes, ni auprès des autres.

Au revoir 2017, tu auras été intense à tous points de vue, et je ne suis pas mécontente que tu prennes fin. Mais merci pour tout, je ne t’oublierai jamais.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *