Mood // A propos de la peur

La semaine qui vient de s’écouler a été riche en émotions (bonnes et mauvaises) et aussi en prises de conscience et je voulais partager ça avec vous aujourd’hui. C’est à propos de la peur, celle qui nous paralyse, nous met dans un état de panique incontrôlable et nous donne envie de nous enfoncer dans la terre pour ne plus jamais en sortir. 

J’ai commencé la semaine avec un truc bien RELOU : le passage du permis de conduire ! Et oui, à 29 ans je n’avais toujours pas le petit papier rose… le jour J, j’ai passé la matinée à angoisser comme une folle, j’étais en larmes au bord de la crise d’angoisse. Finalement, tout s’est bien passé et je l’ai eu. Et là je me suis « mon dieu, à quel point le cerveau peut nous mettre dans des états pas possibles pour RIEN ». Je n’étais pas dans une situation compliquée, aucune vie n’était en jeu (quoi que… non je vous rassure, aucune mamie n’a été écrasée durant cet examen), et personne n’était malade.

Mon cerveau a juste imaginé – avec sa capacité légendaire à s’emballer en effets boule de neige – que : j’étais nulle, je n’y arriverai jamais, j’allais encore y passer des heures, j’allais encore devoir payer des sommes que je n’avais pas, je n’allais jamais pouvoir repartir à Bali, l’assurance ne me rembourserai jamais si j’avais un accident de scooter, je serai une éternelle assistée, tout le monde allait se moquer de moi, etc. etc. POUR RIEN. RIEN DU TOUT.

Et ça m’a rappelé avant. Quand j’avais peur de tout : de prendre le métro, des espaces confinés, de me crasher en avion, de mourir asphyxiée dans le TGV, de perdre ma maman, de perdre ma petite sœur, que personne ne m’aime, que je n’arrive à rien dans la vie… toutes ces peurs irrationnelles qui nous BOUFFENT l’existence, nous empêchent de dormir, de nous voir à notre juste valeur, d’avancer, de vivre sereinement.

Je me suis aussi rappelée que j’avais réussi à ne plus avoir peur. Un jour il y a 4 ans, je me suis réveillée un matin en me disant que j’en avais marre que ma vie me passe sous le nez comme un train filant à toute allure avec mes rêves dedans, sans que je puisse monter dedans. Ce jour là, j’ai décidé de faire le tour du monde, même si pour ça il allait falloir endurer des heures d’avion en larmes à prier tous les saints. C’est ce qu’il s’est passé (ma voisine m’a même filé un chapelet et les hôtesses des fioles de whisky dans le vol Buenos Aires – Paris tellement j’étais persuadée qu’on allait mourir) mais au moins j’ai réalisé mon rêve. Et j’étais TELLEMENT fière.

Depuis, j’ai surmonté d’autres peurs. Comme celle de me jeter dans le vide en parachute. D’avouer à un mec qui m’avait jetée plus bas que bas que j’étais amoureuse de lui. De partir seule à Bali sans rien ni personne à l’arrivée. D’entreprendre et de me battre chaque jour avec pas un sou en poche.

Ça s’appelle avoir CONFIANCE. Ça s’appelle comprendre qu’on n’a QU’UNE VIE. Ça s’appelle tout faire pour ne jamais avoir de regrets. Ça s’appelle être déterminé et être FIER de soi. Ça s’appelle aussi se regarder dans une glace sans se mentir à soi-même.

ET JE SAIS QUE VOUS AUSSI, VOUS POUVEZ LE FAIRE.

Le retour de la crise d’angoisse lundi a été comme un rappel. Dans la vie, on a beau avancer, rien n’est jamais acquis : nos faiblesses et nos démons reviennent toujours à un moment ou un autre. J’en ai beaucoup, je le sais. Et j’apprends chaque jour à les apprivoiser, du moins, j’essaye. On aime bien sentir qu’on maîtrise tout, alors que souvent, on enrobe les choses avec des explications rationnelles et on met les trucs qui vont pas tout au fond de l’inconscient, en les cachant tellement bien qu’on arrive à croire qu’ils n’existent plus. Jusqu’au jour où reviennent comme un boomerang. Ce jour-là, il faut s’accrocher. Mais la tempête passe toujours, si l’on en tire les bonnes leçons.

Bon weekend à tous ♡

Visuels : Blackliststudio 

4 Comments

  1. Julie juin 4, 2018

    Merci, ça fait du bien de lire cet article.
    Félicitations pour ton permis. Je l’ai eu au bout de la troisième fois à cause du stress et du manque de confiance en moi …. C’est tellement la liberté une fois le papier rose en poche. Je vis ce même genre de crise d’angoisse parfois !! HOOOORRRRIBLE.
    C’est fatiguant de stresser mais tellement gratifiant d’aller au delà. J’ai vraiment hâte qu’on se rencontre pour papoter à Bali.

    A bientôt :)

    Répondre
    • Margaux juin 4, 2018

      Hahaha team troisième fois alors ! Oui c’est sûr que ça rend les victoires encore plus belles, même si sur le coup on a qu’une envie c’est de s’enterrer dans le sable… !

      Répondre
  2. Badet juillet 4, 2018

    Tes textes sont toujours aussi inspirants! Merci

    Répondre
    • Margaux juillet 5, 2018

      Merci Ludivine ça fait trop plaisir ! <3

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

54 + = 60